Les résultats de Facebook pendant le premier confinement de mars

Le géant américain Facebook a dévoilé à la fin du mois d’avril les résultats de son premier trimestre 2020.

Un chiffre d’affaires qui est ressorti finalement supérieur aux attentes, et cela malgré les effets négatifs du Coronavirus qui a explosé à la face du monde au mois de mars.

Facebook, qui rappelons le, tire la quasi majorité de ses revenus de la publicité réalisée sur sa plate-forme, a publié un chiffre d’affaires supérieur.

La crise du COVID a néanmoins pesé sur les comptes du géant bleu. Si le Chiffre d’affaires est meilleur qu’initialement envisagé, les bénéfices, eux ressortent légèrement en deçà des attentes.

Des chiffres qui ont eu un impact positif rapidement, l’action bondissant de 10% après la clôture de bourse new-yorkaise de Wall Street.

Marketing Addict vous propose de voir la situation de plus près.

Quelques chiffres

  • Les bénéfices nets atteignent 4.9 milliards (1er trimestre) soir le double par rapport à la même période en 2019
  • Une action vaut donc 1.71 dollars (contre 0.85 dollars en 2019 à la même époque)
  • Malgré cela le marché avait initialement estimé un prix par action de 1.74 dollars. Une légère revue à la baisse donc.
  • Le nombre d’utilisateurs actifs mensuellement est de 2.99 milliards à fin mars 2020
  • A la même période l’année dernière, le nombre était de 2.89 milliards

Un contrôle facilité dans le domaine des publicités digitales

Auparavant, lorsque vous vouliez acheter de la publicité sur les médias classiques, vous deviez suivre un processus long et plutôt complexe. De ce temps, le but était de payer pour de la visibilité sur un certain placement.

Avec le digital, tout est plus simple. Vous pouvez par exemple stopper une publicité en un clic. Vous avez donc un meilleur contrôle sur votre processus publicitaire.

Cette force du digital est venu bouleverser le secteur de la publicité. Les budgets peuvent être augmentés ou diminués très simplement.

Ce contrôle facilité de l’activité publicitaire en ligne est un facteur très important dans le secteur du digital.

Les publicités digitales sont un incontournable selon l’agence Marketing Addict. Aussi, diminuer vos dépenses ou même les stopper est très facile.

C’est une des raisons pour lesquelles les plateformes majeures du secteur enregistrent une baisse conséquente de l’activité publicitaire.

Les marques doivent donc user d’originalité afin de s’adapter au contexte du moment.

Rebondir et positionnez votre produit ou service comme quelque chose de nouveau à faire est une piste par exemple.

Offrir les frais de port et proposer de la vente à emporter, ou la livraison à domicile est une autre idée.

Soyez humain et n’oubliez pas que tout le monde vit une situation très compliquée. Faire des visuels simples mais plus authentiques peut être apprécié.

Dans tous les cas, n’oublions pas que la fin du confinement va amener plus d’annonceurs à faire des publicités. Anticipez avant que tout le monde ne revienne dans la partie !

Pour autant, un manque de visibilité pour la suite

Les chiffres de la période de janvier à mars tendent à le prouver, la casse a été limitée pour Facebook au moment du déclenchement de la crise du COVID-19. Malgré tout, la prudence est de mise pour les mois à venir.

La société américaine a préféré suspendre ses prévisions financières pour le second trimestre et l’ensemble de l’exercice de l’année à venir.

La crise sanitaire mondiale a impacté de plein fouet le géant. Le groupe s’est par ailleurs fendu d’un communiqué, indiquant la vraie incertitude concernant les perspectives de l’entreprise.

Des perspectives incertaines prises avec le plus grand sérieux. En effet, le recul de la publicité des grandes et petites entreprises a été constaté sur les trois dernières semaines de mars 2020.

Bien évidemment, ce recul a entrainé l’effet immédiat de la baisse des prix des publicités sur ces fameuses trois dernières semaines.

Réaction immédiate du groupe pour faire face à la crise sans précédent avec une revue à la baisse importante de son programme d’investissement annuel.

Un programme évalué entre 17 et 19 milliards de dollars en 2019 qui ne sera « que » de 14 à 16 milliards en 2020.

Enfin, et selon les dernières données disponibles, il semble que la forte baisse des recettes publicitaires de mars, des signes de stabilité semblent se dessiner au cours des trois premières semaines du second trimestre. Ces revenus publicitaires s’approchant de ceux connus à la même période en 2019.

Si les chiffres semblent pour le moment permettre de se montrer optimiste, la crise sanitaire n’est pas terminée et peut réserver encore bien des surprises. A l’image de Facebook et d’autres géants du Web, il convient de rester prudent sur les évolutions des mois à venir.

Manuel
News Reporter
Un peu geek sur les bords, j'aime tout ce qui est lié aux nouvelles technologies, au point d'en avoir fait un blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *