Les objets connectés font de plus en plus parler d’eux. Montre, chaussure, t-shirt ou encore lunettes, ces objets intelligents reliés à Internet sont de plus en plus nombreux dans nos foyers. Connectés sans fil, ils partagent des informations avec un appareil comme un PC ou un smartphone. Et savent s’adapter à un contexte ou environnement bien spécifique !

Et font désormais partie intégrante de notre quotidien. A la fois ludique et pratique, ils nous facilitent la vie, mais présentent aussi des enjeux de sécurité. Dans cet article, nous faisons le point sur leurs différentes utilisations, mais aussi comment se protéger de la fuite de nos données personnelles.

Un objet connecté, c’est quoi ?

Quels sont les nouveaux objets connectés ?Un objet connecté est tout simplement un objet qui est connecté à Internet. Ceux que l’on appelle les IOT (pour Internet of Things) possèdent même leur propre adresse IP, et se connectent à votre réseau Internet via la wifi ou bluetooth. Tous les secteurs sont concernés par l’utilisation des objets connectés. Au delà des seuls particuliers qui peuvent l’utiliser dans leur quotidien, ils sont aussi très utiles pour de nombreux secteurs publics comme l’urbanisme, ou encore la santé.

Les nouveaux objets connectés représentent l’extension logique de la place de plus en plus importante que prend internet dans notre vie de tous les jours. Le réseau s’applique donc désormais aux choses physiques. Ces derniers peuvent donc échanger des informations et des données.

Ce web 3.0, que l’on appelle également le web social est en partie responsable de l’importante augmentation de volume des données qui sont générées par le réseau. Leur expansion est donc à l’origine et le moteur principal du secteur des big data. Mais aussi de l’e-santé, de la robotique domestique (ou domotique) et du quantifield self.

Les objets connectés représentent l’extension logique de la place de plus en plus importante que prend internet dans notre vie de tous les jours.

Les objets connectés se manifestent également sous la forme d’un réseau des réseau qui va permettre d’identifier plus facilement et de manière directe des données numériques avec des objets physiques qui seront capables de les stocker et de les traiter en continuité avec le monde physique et virtuel. Cela permet donc de créer des espaces et interfaces intelligents qui communiquent de manière variés via différents identifiants numériques.

Petite histoire des objets connectés

On doit l’expression d’objets connectés (ou Internet des Objets) à Kevin Ashton, qui était lui-même pionnier dans le domaine de la RFID. Ce concept émerge progressivement aux Etats-Unis, et plus particulièrement sur le campus du MIT, en développant l’identification par radiofréquence et la technologie sans fil.

Mais c’est un opérateur Internet français (Francenet pour être plus précis), qui va inventer le tout premier objet connecté. Il s’agit d’une lampe d’ambiance, connectée à la wifi, et qui permet de créer différentes couleurs en fonction d’événements divers comme le temps extérieur, le cours de la bourse, ou encore l’envoi de message par sms ou email.

C’est ensuite le Nabaztag qui deviendra le symbole même de l’internet des objets. Il s’agit d’un petit lapin, lui aussi connecté à Internet, et qui peut par exemple :

  • lire vos messages à haute voix ;
  • jouer de la musique,
  • émettre des signaux sonores et visuels, etc.

Mais il faudra attendre la sortie du premier iPhone pour que l’internet des objets prenne réellement de l’ampleur. L’automatisation du traitement des informations et des données à permis de déployer cette technologie et de la rendre accessible au plus grand nombre. Les puces RFID des objets connectés s’est par exemple métamorphosée pour comprendre le protocole IP et être relié à des serveurs centralisés qui leur permettent de communiquer entre eux.

Progressivement, les objets connectés ont commencé à tenir une place de plus en plus importante dans des domaines aussi larges que le secteur industriel, par exemple. Ils permettent, de manière générale, de communiquer plus facilement avec les différents acteurs d’une chaine de production. Mais aussi d’anticiper des besoins en maintenance, ou de connecter des données stratégiques en temps réel.

Comment ça fonctionne ?

Alors concrètement, comment fonctionnent les objets connectés. Ces dernières vont générer des données qui sont ensuite stockées et capitalisées dans un centre de données (que l’on appelle aussi un data center). Ces derniers font partie de l’écosystème des Big Data, car les quantités d’informations émises sont tout simplement énormes. Cela représente un enjeu important de sécurité et de confidentialité, comme on le verra plus tard. Mais cela permet également une meilleure compréhension de notre monde, notamment en matière de santé, ou d’énergie.

On estime que dans les 5 prochaines années, ce chiffre pourrait cumuler à 80 milliards.

Aujourd’hui, il y en aurait plus de 15 milliards en circulation. Mais on estime que dans les 5 prochaines années, ce chiffre pourrait cumuler à 80 milliards. Cela voudrait dire que pour chaque foyer, on compterait jusqu’à 30 objets connectés. Sans parler des utilisations professionnelles et publiques des objets connectés.

Les dangers et comment se protéger ?

Les objets connectés ne représentent pas que des avancées heureuses pour faciliter notre quotidien. Ils posent également des questions en terme de confidentialité et de protections de données. Voici les risques les plus courants :

  • La collecte de nos données personnelles : nos objets connectés collectent et stockent un volume impressionnant de données personnelles qui, si l’on y fait pas attention, peuvent être commercialisées. Si leur utilisation la plus bénigne reste le ciblage des campagnes de marketing, cela pose aussi un problème d’atteinte à notre vie privée ;
  • le piratage : comme tout appareil connectés à internet, les objets connectés peuvent être la cible de hackers ;

Pour s’en protéger, vous pouvez prendre certaines précautions. Notamment à l’achat. Lorsque vous achèterez un objet connecté, intéressez-vous de prêt à son fonctionnement. Et posez-vous surtout les bonnes questions. A savoir les modes de communication entre votre objet et vos autres appareils électroniques (comme votre PC ou votre tablette, etc.). Le cas échéant, vous devrez prendre un certain nombre de mesures pour les protéger et éviter ainsi les risques de piratage ou de vol de vos données.

Une fois votre objet connecté installé à la maison, vous devrez également être vigilant. Et notamment :

  • ne pas connecter votre objet à tous vos appareils électroniques et limiter ses connexions avec le seul appareil dont vous aurez réellement besoin ;
  • mettre régulièrement à jour votre logiciel, c’est en effet une faille dont se servent beaucoup les hackers ;
  • créer un mot de passe sécurisé et le modifier régulièrement ;
  • vous connecter uniquement à un réseau wifi sécurisé, et protégé par un mot de passe.
JF
News Reporter
Passioné d'Hi-tech, Je vous fais la revue des sujets du moment sur lesquels je me renseigne pour une mon utilisation personnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *