Rester anonyme sur internet : 10 idées et astuces imparables !

Internet est une ouverture sur le monde entier, mais également un portail qui permet d’accéder à grand nombre d’informations. Petits et grands savent aujourd’hui accéder à internet. Ce réseau informatique est plus ou moins facile d’accès à tout le monde. Depuis les années 2000, beaucoup souhaitent rester dans l’anonymat afin de pouvoir protéger leurs données pour plusieurs raisons. C’est surtout depuis l’avènement des réseaux sociaux, ainsi que des dispositifs de surveillance que cet état d’esprit a fait son apparition. L’anonymat est donc devenu un luxe que tous les internautes souhaitent obtenir de nos jours. Il y a même ceux qui sont prêts à payer cher pour pouvoir rendre leur connexion anonyme et cacher toutes traces de leurs activités sur internet. Cet article va partager les meilleures manières de naviguer sur internet, sans laisser de traces.

Rester anonyme sur internet

Le 28 janvier a été fixé comme étant la journée européenne de la protection des données (Data Privacy Day). C’est une décision prise depuis 2007. Pouvoir rester anonyme est une chose très difficile avec l’expansion d’internet et du partage de données. Toutefois, il existe un grand nombre de méthodes qui peuvent permettre d’y parvenir. Ces dernières peuvent laisser plus ou moins de traces sur le réseau en fonction des configurations et des précautions que prennent les internautes.

Pour ce qui est de l’internet, l’anonymat évoque le fait de rester inconnu, et non identifiable. Le fait de rester anonyme permet de garantir le respect de la vie privée. Dans ce cas, on peut naviguer sur internet en toute sécurité et surfer sans conséquence. Beaucoup de personnes se demandent certainement les raisons de rester anonyme sur internet si ce n‘est pour réaliser des téléchargements illégaux ou effectuer des opérations de piratage.

En effet, le plus grand problème avec ce réseau informatique mondial est que les données des internautes sont parfois récupérées sans qu’ils ne s’en rendent compte. Certes, cela parait sans importance. 

Pourtant, des données essentielles qui tombent entre de mauvaises mains peuvent conduire à des conséquences bien graves.

Préserver les données essentielles

Voici les données qui peuvent être récupérées au cours d’une navigation sur internet. Les robots de Facebook sont par exemple capables de déchiffrer les photos publiées et savent ce que le titulaire du compte aime faire. Ces robots sont également capables de reconnaitre le titulaire du compte sur des photos, même de dos. Il y a également certaines informations qui peuvent facilement être interceptées et récupérées :

  • Adresse IP ;
  • Cookies ;
  • Informations sur le navigateur ;
  • Habitudes de navigation.

Puis, il y a ce qu’on appelle SpyWares. Ce sont des outils informatiques qui savent se faire très discrets, mais qui sont capables de récupérer toutes sortes d’informations sur un ordinateur. Google, ce moteur de recherche aujourd’hui très populaire va ainsi retenir tous les termes qui ont été recherchés par l’utilisateur. Toutes les données qui sont récupérées sur internet ne sont pas vues comme de simples données techniques. Si l’on associe le Big Data avec le Machine Learning, il est possible d’interpréter beaucoup de résultats rapidement et d’en obtenir ensuite les conséquences.

Utiliser un réseau privé virtuel (VPN) pour rester dans l’anonymat

Cette option est de loin la meilleure manière pour préserver ses informations personnelles. Les réseaux privés virtuels fonctionnent selon un protocole de tunnellisation. Cela consiste à encapsuler et chiffrer les données dont le transfert se fait d’une machine à l’autre. L’expression « tunnel » est utilisée ici, parce que les informations ne sont pas lisibles au moment du transfert. Les données sont chiffrées de manière concrète à partir du périphérique qui fait appel au VPN (ordinateur, smartphone, tablette, routeur, etc.) pour atteindre le serveur du service VPN utilisé.

De cette manière, le fournisseur d’accès internet (FAI) n’a aucune idée des données contenues dans les périphériques. Avant d’atteindre leur destination finale, qui est le site web que l’internaute souhaite accéder et visiter, les données sont chiffrées. Ainsi, aucune personne ne peut déchiffrer et lire ces données, ce qui fait que l’anonymat est garanti suite à un changement d’adresse IP.

Trouver un vpn gratuit en ligne permet de chiffrer d’autres protocoles que HTTP : FTP, pour le transfert des fichiers, ou encore IMAP pour l’accès aux e-mails. Le débit de connexion devra ainsi être meilleur par rapport au proxy. C’est que la connexion se fait directement entre l’utilisateur et le serveur VPN.

Adopter des pratiques complémentaires à l’utilisation du VPN

Il est recommandé d’avoir recours à d’autres protocoles de chiffrement comme HTTPS en complément du VPN. En effet, ce dernier n’a pas pour seule fonction de naviguer anonymement. Beaucoup d’entreprises utilisent le VPN pour pouvoir situer plusieurs sites géographiques sur le même réseau LAN. VPN offre également d’autres services tels que la censure, la géolocalisation, le blocage d’accès aux sites ou encore la protection de l’adresse IP de l’internaute. 

Certaines bonnes pratiques sont également à adopter pour accompagner l’emploi du VPN. En effet, l’utilisation de ce réseau virtuel n’est pas aussi efficace si vous décidez de donner des informations privées telles que votre nom, votre adresse ou vos photos sur les sites que vous visitez. L’idée est donc d’adopter quelques précautions tout en utilisant le VPN. Pour cela, il faut supprimer régulièrement les cookies, car ils contiennent vos informations de navigations, même si votre adresse IP est différente. L’internaute doit également éviter d’utiliser la même adresse e-mail, les mêmes identifiants et les mêmes mots de passe sur tous les sites qu’il visite. Masquez également votre agent utilisateur avec l’aide de différentes extensions pour mieux gérer les contenus que vous diffusez sur chaque site.

Utiliser un proxy

Cette solution permet de surfer anonymement sur internet malgré le fait qu’elle ne soit pas la meilleure option. Le serveur proxy, également connu sous le nom de serveur mandataire, donne la possibilité à l’internaute de se connecter à un site à sa place, puis de lui transférer les données. Ce qui signifie que le site ne sera pas directement visité par l’internaute, mais plutôt par le proxy.

Ainsi, l’identité de l’internaute ne sera pas connue. Les proxies permettent aussi de désactiver des cookies, des applets Java, etc. Toutefois, l’utilisation de ce serveur présente un petit problème au niveau du temps de retransmission des données. Si par exemple, l’utilisateur emploie un proxy indonésien, il lui faut attendre une dizaine de secondes supplémentaires.

Il existe un grand nombre de serveurs proxy. Ce sont uniquement les serveurs proxy dits « élites » qui offrent les meilleures options en termes d’anonymat. En effet, ce type de serveur dispose de méthodes plus avancées pour garantir une meilleure discrétion. Le proxy web est aussi un type de serveur proxy. Ce sont des sites web qui vont effectuer la navigation ainsi que les recherches à notre place. Les résultats vont directement être affichés sans avoir recours au préalable à des paramétrages.

Contrairement au VPN, le serveur proxy ne garantit pas totalement un anonymat. Il est toujours possible de retrouver l’adresse IP de l’internaute à partir des serveurs proxy.

Utiliser un réseau TOR

Beaucoup ont certainement déjà entendu parler de ce navigateur qui peut assurer une navigation sécurisée en bloquant les extensions ainsi que les programmes JavaScript. Les tunnels virtuels sont efficaces lorsqu’il s’agit d’améliorer la confidentialité tout en assurant la sécurité de la navigation. TOR ou The Onion Router est un réseau mondial de routeurs. Par principe, la connexion d’un utilisateur va pouvoir passer par plusieurs ordinateurs dans le monde appelés des nœuds. Ces derniers bénéficient de connexions chiffrées rendant ainsi impossible l’identification de l’internaute initial.

Le site qui est à visiter ne pourra donc voir que l’adresse IP du dernier nœud. TOR est tout de même très lent, à cause du fait que la connexion doit passer par plusieurs nœuds. TOR fait donc partie des options recommandées pour passer incognito sur internet. Il est cependant possible que ce réseau de routeurs soit manipulé par des escrocs, des trafiquants, ou encore des cyberterroristes qui se cachent dans le deep web dans l’attente de pirater un quelconque internaute. C’est pourquoi la cyberpolice s’introduit par infiltration dans ce réseau. Quelques précautions doivent donc être prises par rapport aux informations à consulter et à diffuser dans ce type de connexion.

Rester anonyme en ligne

On entend souvent parler d’une connexion dans un cybercafé ou depuis un ordinateur de son lieu de travail (bureau, école, entreprise, etc.) afin que personne ne puisse nous tracer ni nous retrouver. Ce qui n’est pas toujours le cas ! Pour pouvoir surfer en anonymat de cette manière, il faut d’abord être certain que les ordinateurs ne contiennent aucun programme-espion. Il faut de même être sûr qu’il n’y a aucun autre moyen de tracer l’internaute à l’aide des logs de connexion par exemple. Un cybercafé qui n’est pas sécurisé à la base ne permet en aucun cas de naviguer en anonymat. Ce qui vient à conclure que ce n’est pas toujours une évidence de rester anonyme sur internet. Toutefois, il existe des moyens de déranger ceux qui envisagent de pister un internaute.

Éviter les réseaux sociaux et utiliser d’autres moteurs de recherches

Actuellement, les réseaux sociaux prennent assez de place dans le quotidien de beaucoup de personnes. Pourtant, c’est très facile de pister une personne à partir des réseaux sociaux. Avec les quantités de données que Google, Twitter et Facebook collectent, les informations diffusées sur internet ne sont pas vraiment en sécurité. En plus de cela, il est également possible d’utiliser des moteurs de recherches gratuits et indépendants qui respectent votre vie privée. Il s’agit entre autres de StartPage ou de DuckDuckGo. Ces derniers vont vous donner des résultats objectifs qui se basent essentiellement sur les mots que vous avez tapés et non sur vos tendances de recherches. 

Procéder aux blocages

Les traqueurs travaillent jour et nuit pour trouver le moyen de pister une personne quelconque. En effet, les sites et les services web que l’internaute visite emploient des outils qui permettent de le pister partout où il va. C’est de cette manière que les traqueurs peuvent déterminer ses centres d’intérêt, les sujets qui le passionnent, etc. Il est très difficile de se rendre compte que l’on est traqué puisque ces traqueurs sont invisibles. Et pourtant, ces derniers analysent tous les faits et gestes de l’internaute en toute discrétion. Pour éviter de subir cette forme de violation de la vie privée, il est possible de bloquer les traqueurs. Cela ne demande rien de compliqué. Il suffit d’installer une extension comme Ghostery ou Disconnect.

Garantir une protection plus efficace des données de navigations

La plupart des navigateurs à partir desquels on surfe sur internet gardent une trace des activités qui ont été réalisées en ligne : historique, cookies, cache, etc. Ceci concerne presque tous les navigateurs : Safari, Chrome, Firefox, Internet Explorer, etc. Ces données peuvent être regroupées et analysées par la suite par les sites web pour chaque visite effectuée. Heureusement, les plus populaires des navigateurs web aujourd’hui disponibles comportent tous un mode « incognito » ou « privé ».

Lorsque cette mode est activée, les données sont toutes effacées lorsque l’internaute ferme le navigateur. Certes, cela ne permet pas de cacher de manière efficace l’identité de celui qui surfe à travers les sites web, mais c’est une excellente manière de limiter le traçage ainsi que l’analyse des comportements du concerné en ligne.

Il est également bon de souligner que les messageries telles que Gmail, Outlook, Yahoo Mail et Consorts ne disposent pas d’un haut niveau de confidentialité. Pour ceux qui sont assez avancés en informatique, il est possible de se lancer dans la création et l’utilisation de la cryptographie asymétrique.

Pour cela, il faut se rendre sur PGP. Cependant, d’autres alternatives sont disponibles et peuvent même être gratuites comme Protonmail. Il y a celles qui sont payantes comme KolabNow. Ces outils du réseau informatique garantissent un échange de mail de manière sécurisée.

Faire appel à un gestionnaire de mots de passe

Les mots de passe sont aujourd’hui considérés comme archaïques, ce qui fait qu’ils représentent une faille de sécurité béante. En effet, avec la mémoire qui peut certainement jouer des tours, il faut toujours choisir un mot de passe assez facile à retenir. Dans le cas idéal, c’est toujours essentiel d’avoir un mot de passe dont personne ne pourra deviner.

Le mot de passe doit également être différent pour chaque service. Et ce n’est pas toujours évident de gérer un grand nombre de mots de passe ! Pour faciliter la tâche, on peut avoir recours à un gestionnaire de mot de passe. Cet outil va se charger de stocker le mot de passe dans une base de données chiffrées pour tous les mots de passe. Le seul mot de passe à retenir sera donc celui qui déverrouille cette base de données. Des alternatives payantes et gratuites sont également disponibles en ligne : 1Password, LastPass, Dashlane, etc.

Laisser tomber Dropbox

De nombreux internautes ont l’habitude d’utiliser le cloud ou Dropbox pour le stockage de leurs données. Pourtant, ces derniers ne peuvent pas garantir une sécurité en termes de confidentialité. D’ailleurs, il a été affirmé que ces derniers mois, Dropbox a été considéré comme étant hostile à la vie privée. Beaucoup recommandent Spideroak. L’idéal est de faire appel à des services cloud de son pays uniquement. Ce serait toujours mieux d’avoir en sa disposition un NAS et de disposer de ses données chez soi. Mais attention ! Celui-ci devra toujours être configuré correctement pour pouvoir être efficace.

Manuel
News Reporter
Un peu geek sur les bords, j'aime tout ce qui est lié aux nouvelles technologies, au point d'en avoir fait un blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *